Ma vie sans Google

bye-bye google

Bonne résolution 2014 : au revoir Google.

Ces derniers temps il y a eu trop de gouttes, et le vase était déjà bien rempli. Ma seule résolution 2014 sera de m’affranchir de certains services web pseudo-gratuits, et plus particulièrement de ceux de Google. Sans trop m’étendre sur le sujet, ça fait un moment que le ras-le-bol pointe son nez au sujet du géant de la recherche et de la valorisation des informations personnelles; trop intrusif, une conception de la vie privée qui laisse sans voix, tyrannie et forcing technologique… Bref, je n’adhère pas, en tout cas, je n’adhère plus. Il me faut donc trouver des alternatives aux services de Google qui sont, il faut bien le reconnaître, excellents, si on exclu le fait que leur gratuité implique fatalement un paiement “en nature”; données personnelles, sites consultés, recherches, centres d’intérêts, achats… Comme dit l’adage : “Si c’est gratuit, c’est toi le produit”.
On pourra m’accuser de diaboliser Google, de ne pas parler des autres sociétés comme Apple, Yahoo, Microsoft, Facebook…, je ne rentrerai pas dans ce débat aujourd’hui. Ce qui m’importe dans l’immédiat, ce n’est pas de donner des leçons, mais bien de retrouver la maîtrise des mes données personnelles et professionnelles.

Ne plus utiliser Google Mail

Ce qui a fait déborder le vase c’est Gmail. J’ai ouvert un compte Gmail pour un client et découvert avec stupéfaction que le compte Google+ était fourni avec, mais pas optionnel… On n’ouvre plus une boîte Gmail, mais un compte Google. J’avais déjà eu à faire une manip cette année pour fermer un compte Google+ ouvert sans mon accord et lié à mon compte YouTube… Là ça commençait à devenir pénible.
Trouver un autre fournisseur de boite mail n’est pas le plus compliqué, il y a en a pas mal et certains ont l’air bien, par exemple GMX, on peut également se servir des comptes mis a disposition par les fournisseurs d’accès : Free, Orange etc. J’ai quant à moi décidé de n’utiliser que les boites fournies par mon hébergeur.
Exit Gmail.

Une alternative à Google Search

Trouver un moteur de recherche alternatif, voilà qui n’est pas une mince affaire après plus d’une décennie d’utilisation de Google Search ! Pourquoi cesser d’utiliser le moteur de recherche numéro un ? Pour éviter d’être « tracké » à chaque recherche puis ciblé par de la pub, par exemple. La semaine dernière je cherchais sur Google un point de vente près de chez moi, le soir même en lisant un article de blog j’avais une belle bannière de pub de cette même enseigne ! Pour paraphraser Parano Magazine : « Coïncidence ? Je ne crois pas… ». Bref une goutte de plus… Goutte qui m’a dirigé vers le moteur de recherche DuckDuckGo ! Ce dernier affirme ne pas pister ses visiteurs et ne pas les enfermer dans une « bulle filtrante » à la Google. Bulle filtrante ? Oui Google se base sur vos données personnelles pour vous proposer des résultats de recherche ciblés, en adéquation avec votre profil. Donc d’une personne à l’autre, pour une même requête, les résultats en première page peuvent être très différents. Moi qui croyais naïvement que les résultats de recherche étaient neutres et universels… Je m’interroge du coup sur la pertinence de nombre d’efforts en référencement pour optimiser le positionnement d’un site…
Je suis en train d’adopter le moteur au canard et pour le moment j’en suis assez satisfait, on verra bien sur la durée si Google Search me manque tant que ça. Il y a également une autre alternative intéressante, et française, le moteur de recherche Qwant. Son design est assez réussi et sort un peu de l’ordinaire.

duckduckgo moteur de recherche

DuckDuckGo, moteur de recherche
Qwant, moteur de de recherche

Autre chose que Google Analytics

Sans compte Google, pas possible d’utiliser analytics… Cela me semblait vraiment handicapant mais la solution libre Piwik m’apporte tout ce dont j’ai besoin pour analyser le traffic de mon site. C’est une solution clé en main à installer sur son serveur et très facile à paramétrer. Il faudrait pouvoir comparer un usage plus poussé de Piwik par rapport à Google Analytics, mais j’ai eu de bons échos, et à mon niveau c’est amplement suffisant.
Exit Analytics.

Piwik web analytics

Piwik, site officiel

En conclusion

Ces premières recherches semblent encourageantes et j’ai du mal à contenir mon enthousiasme à l’idée de redécouvrir le web d’une autre manière. Sans Google. Sans jouer à ce jeu délirant : « Merci pour le service, en échange vous pouvez utiliser mon historique de navigation pour votre régie publicitaire ». Cette démarche reste personnelle, elle est fonction de mes besoins et de mes compétences, il n’est pas question d’en faire un exemple de “bonnes pratiques”. Je crois simplement que Google n’est pas tout et qu’un autre web est possible. Si j’ai pu attiser votre curiosité ou vous donner envie de découvrir des services alternatifs, alors tant mieux !
À suivre : se débarrasser de YouTube et de Google Maps.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire les articles d’Anthony Nelzin, sur le même sujet : Vivre sans Google.
Vous pouvez aussi visiter les mini-sites de DuckDuckGo qui expliquent de manière amusante comment Google vous piste et pense à votre place : Don’t track us et Don’t bubble us.
Et pour les plus intéressés une liste de solutions alternatives en fonction des services recherchés : Prism-break.

À bientôt

Ils en parlent

  1. Bonjour Thomas
    Merci pour tes voeux et permets moi en retour de te souhaiter de continuer sur ta lancée en 2014 !

    Merci enfin pour ton « coup de google » bien salutaire
    José

On en discute ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *